Rencontre avec les médias : Julien Brault, Les Affaires

 

Nous avons sauté sur l’occasion de faire une entrevue «Rencontre avec les médias» avec Julien Brault du journal Les Affaires suite à sa lettre au professionnels des relations publiques ; voici donc Julien et ses préférences. 

Suivez-le @julienbrault

Quel est votre but premier en tant que journaliste à Les Affaires?

Personne ne choisit de devenir journaliste en raison du salaire. Mon but est donc quelque peu égoïste. Il s’agit d’apprendre de nouvelles choses tous les jours. C’est un privilège assez rare que celui d’être payé pour assouvir sa curiosité à temps plein, en apprenant auprès des plus grands experts. Même si mes motivations sont en partie égoïstes, j’estime que ce modus operandi me permet de mieux informer mes lecteurs sur la manière dont les technologies sont en train de transformer l’économie. En effet, parce que je suis passionné, je vais en profondeur et je ne compte pas mes heures. Cela dit, je suis conscient du rôle que j’occupe dans la société en tant que journaliste. Ainsi, j’ai aussi pour but de faire sortir la vérité et, quoique j’estime être quelqu’un de conciliant, je ne suis pas prêt à faire de compromis sur ce point.

Décrivez nous une journée typique :

Chaque jour est différent, mais je dirais que ma journée typique consiste à passer 8-9 heures au bureau, à écrire et à faire des entrevues au téléphone. J’essaie de faire des entrevues en personne régulièrement, mais je n’en fais pas autant que j’aimerais, essentiellement par manque de temps. Le soir, j’assiste souvent à des événements liés à l’entrepreneuriat et à la technologie, histoire de cultiver mes sources et de rester à l’affût de ce qui se passe dans le milieu des start-ups à Montréal.

Comment les médias sociaux ont changé la pratique journalistique?

Les médias sociaux ont transformé le métier sur toute la ligne, de la collecte de données à la diffusion de notre travail, en passant par la forme. Tous les journalistes font des titres plus accrocheurs et partagent leurs articles sur Facebook, Linkedin et Twitter (même si cette dernière plateforme est en perte de vitesse). Il n’y a pas vraiment de secret là dedans. Ce qui est moins connu, c’est à quel point les médias sociaux ont transformé la manière dont on trouve des histoires. Quora, un site de questions et réponses, est l’arme secrète de ma boîte à outils sociaux. J’utilise abondamment ce site pour trouver des sources difficiles à identifier en posant des questions ciblées. Je fais bien entendu des appels à tous sur Facebook et Twitter pour trouver des gens qui ont vécu une situation particulière ou qui font des affaires dans un domaine sur lequel je veux écrire. Linkedin, par ailleurs, un outil fantastique pour écrire sur le monde des affaires, puisqu’une offre d’emploi ou une connexion entre deux hommes d’affaires peut être plus révélatrice que n’importe quel communiqué de presse.

Trois conseils aux responsables des communications?

  1. Lisez les articles et les plus récentes mises à jour sur les médias sociaux des journalistes avant de les contacter.
  2. Soyez créatifs! Si le mandat qu’on vous donne semble condamné à faire bâiller les journalistes, proposez d’effectuer un mandat différent. Vous seriez surpris des «stunts» qu’on peut faire avec un petit budget en 2016.
  3. N’essayez pas d’enrober une nouvelle négative comme une gaffe dans une mer d’euphémismes. Le plus direct vous serez dans vos communications, le plus rapidement ledit mauvais pas sortira de l’actualité.

La meilleure façon de vous joindre

Si je répondais à cette question, cette meilleure façon deviendrait automatiquement la pire. Je peux toutefois vous dire que la pire des façons de me joindre est par courriel, compte tenu du nombre élevé que je reçois.

Comment trouvez-vous vos sujets d’articles?

Le plus souvent, en discutant à bâtons rompus avec des gens bien connectés. Lorsque quelqu’un me parle avec enthousiasme d’une entreprise, d’une technologie ou d’un enjeu avec lequel il n’a aucun lien, c’est un signal fort qu’il y a là quelque chose d’intéressant. Les médias sociaux, Facebook et Linkedin en tête, me permettent aussi souvent d’identifier des nouvelles potentielles. Finalement, je reçois un bon nombre de sollicitations d’entrepreneurs et de relationnistes, par courriel et sur les médias sociaux, auquel je réponds à l’occasion positivement.

Quelle est la nouvelle que vous avez préféré traiter?

Je préfère créer la nouvelle, en faisant des recherches approfondies ou en apportant un éclairage inédit à une nouvelle tendance que de traiter des nouvelles à proprement dire. Si je devais répondre, je dirais que j’ai eu beaucoup de plaisir à couvrir une compétition de robots à l'Agence spatiale canadienne, où j’ai eu l’occasion d’être au volant du prototype d’une voiture sans conducteur (heureusement, car je n’ai pas le permis) programmée pour conduire sans carte.

Et celle que vous aimeriez couvrir?

Un paquet de choses. Mais si tout était possible, j’aimerais être le premier journaliste à accompagner une équipe d’astronautes dans la Station spatiale internationale. À ma connaissance, il n’y en a jamais eu, quoique ce ne serait pas complètement nouveau. Un journaliste japonais avait accompagné des cosmonautes dans la station Mir.

Quel site consultez-vous le premier le matin?

Facebook. 

Bière ou café?

Red Bull. Et non, je n’ai jamais été payé par l’entreprise autrichienne. C’est plutôt le contraire.

 

 

 

Inscrivez vos coordonnées ci-dessous :